Michèle Tribalat : «Les politiques sont désemparés face à l’immigration»

« Le Grand Remplacement, le changement de peuple, que seule rend possible la grande déculturation, est le phénomène le plus considérable de l'histoire de France depuis des siècles, et probablement depuis toujours... » Renaud Camus

GR

Michèle Tribalat : «Les politiques sont désemparés face à l’immigration»

Cette tendance à la hausse ne concerne pas que la population immigrée au sens strict. Entre 1999 et 2011, c’est-à-dire en 12 ans, la population d’origine étrangère sur deux générations a augmenté de 2,4 millions (de 9,8 millions à 12,3 millions), dont un peu moins de la moitié seulement est composée d’immigrés, les autres étant nés en France. 2,4 millions, cela correspond à un taux d’accroissement de 25 % en douze ans. C’est plus, en valeur absolue, que l’accroissement du reste de la population qui s’est fait, sur la période, au rythme de 4,4 %.

[…]

Mettre en évidence le poids de l’immigration étrangère dans la démographie française, c’est compliqué. Je viens d’actualiser, pour l’année 2011, une estimation déjà réalisée en 1999 sur l’apport démographique de l’immigration depuis 1960: 9,7 millions de personnes manqueraient à l’appel en 2011 sans cette immigration. C’est 3,4 millions de plus qu’en 1999. L’effet du nouveau cycle migratoire des années 2000 y est très visible et explique, en 2010, près de la moitié des naissances dues à l’immigration depuis 1960.

L’aveuglement provient aussi de la volonté d’invalider les perceptions communes et de ne pas braquer un peu plus une opinion publique déjà remontée. Les politiques ont conscience de leur relative impuissance pour infléchir la politique migratoire compte tenu du filet de contraintes dans lequel ils se sont mis progressivement dans un contexte de mondialisation qui favorise la circulation. Ils sont également sensibles au discours très en vogue en Europe sur la nécessité d’une immigration massive pour contrer le déclin démographique. Ce postulat n’est guère débattu alors qu’il devrait l’être, notamment en France dont l’avenir démographique n’est pas aussi sombre que celui de l’Allemagne.

Source: Le Figaro