L’écrivain algérien Boualem Sansal évoque les « thèses » identitaires du Grand Remplacement

« Le Grand Remplacement, le changement de peuple, que seule rend possible la grande déculturation, est le phénomène le plus considérable de l'histoire de France depuis des siècles, et probablement depuis toujours... » Renaud Camus

Boualem Sansal

L’écrivain algérien Boualem Sansal évoque les « thèses » identitaires du Grand Remplacement

Dans un entretien accordé à Libération, l’écrivain algérien Boualem Sansal parle d’islamisme et de Grand remplacement.

Extrait :

Dans une tribune du Figaro intitulée «Lettre à un ami français sur le monde qui vient», où vous pointez la lâcheté de nos gouvernements face à la progression d’un islam sectaire, vous avez été taxé d’islamophobie. Vous vous attendiez à de telles réactions ?

D’abord, généralement, je ne pratique pas la langue de bois. Je parle comme j’écris. Je suis évidemment conscient de la récupération qui peut, a pu, pourrait en être faite par l’extrême droite. De même que je suis conscient que des écrivains identitaires pourraient trouver des arguments, voire des correspondances, à leurs thèses du «grand remplacement». Là n’est pas le sujet. Le sujet est : la nouvelle perception de l’islamisme que fait apparaître cet exode. Or, cette perception est un danger pour le monde, y compris, en premier lieu, pour les musulmans eux-mêmes. Du coup, les sinistrés, ces réfugiés, se voient porteurs de l’image de monstres, de barbares. La solution des extrémistes de droite est de les rejeter chez le voisin, ou à la mer.

Source : http://www.liberation.fr/monde/2015/10/11/boualem-sansal-nous-sommes-dans-une-societe-qui-murmure-avec-une-incapacite-a-dire-les-choses_1402019