La question du Grand Remplacement débattue au Front National

« Le Grand Remplacement, le changement de peuple, que seule rend possible la grande déculturation, est le phénomène le plus considérable de l'histoire de France depuis des siècles, et probablement depuis toujours... » Renaud Camus

Marine 2

La question du Grand Remplacement débattue au Front National

Au sein du FN, on juge que « le grand remplacement est un phénomène démographique » bien réel. À commencer par le président d’honneur et fondateur du parti Jean-Marie Le Pen. Âgé de 86 ans, le vieux chef, qui carbure au Coca-Cola – il ne supporte plus l’alcool et n’aime pas l’eau -, ne manque jamais de faire partager le risque que « l’immigration massive » et le « changement de population » font courir à la France. Même son de cloche chez de nombreux élus frontistes.

« Certes, il n’y a pas de plan établi, mais le phénomène du grand remplacement existe. Et, contrairement à ce que pense Marine Le Pen, ce terme n’est pas malheureux. C’est le résultat que nous constatons chaque jour de nos yeux », explique au Point.fr le député européen Bruno Gollnisch. Quant à Nicolas Bay, il propose d’inverser les flux migratoires « en mettant fin au renouvellement automatique des titres de séjour, en s’appuyant sur la binationalité ou la naturalisation récente de certains criminels pour les déchoir de la nationalité française, en supprimant les incitations à l’immigration » (interview accordée au journal Présent en octobre). Un dirigeant frontiste décrypte : « Le grand remplacement offre deux lectures possibles : 1/ une théorie factuelle, celle du changement de population ; 2/ un complot : certaines forces agissent de façon délibérée pour mettre en oeuvre ce changement de population. Nous retenons la première. »

Source: Le Point